samedi 17 septembre 2011

« J'ai un faible pour Thomas Gunzig »

HEURE-LE-ROMAIN, BE - Interview Humour Local

David Schiepers, comédien d'Heure-le-Romain (Basse-Meuse).

Vous avez un look un peu effrayant, là, avec votre pull brun, col roulé, manches longues…
Ah le personnage du spectacle « The New Testament » ! C'est un curé, donc pas hyper réjouissant au départ !

Vous vous êtes fait mal à la main, je vois…
Ah ah ! En fait, le curé se rend compte que plus personne ne va à l'église ; mais il éloigne les fidèles... Et la blessure à la main c'est parce qu'il a essayé la crucifixion. Si à l'église on avait de la cruauté, du scandaleux, du nu, les gens viendraient en masse !

Une main blessée et dans l'autre main vous tenez une chope ; c'est pour qu'on y verse de la bière ?
Non, c'est pour récolter de l'argent, pour refinancer son fameux projet. A Avignon, à des soirées, 21 € de collecte, sympa !

« The New Testament », pourquoi ce titre en anglais alors que le spectacle est en français ?
C'est la sonorité, la manière de le dire. A l'américaine : « DE NIOUW TESS-TAY-MEHNT ». Quand le pape va en Angleterre, y a des concerts, il faut payer 30 € pour voir le pape.

Et vous êtes allé à ce genre d'événement ?
Non, du tout. Mais à Avignon j'ai rencontré le responsable de communication du diocèse et on s'est lié d'amitié. Il disait que c'était très intelligent, que je posais les vraies questions.

Vous avez rencontré quelqu'un du diocèse… ?
Oui à Avignon, le responsable de la communication, M. Rousseau, qui travaille maintenant à Radio Catholique de France.

Avignon est lié aux catholiques ?
Non, mais cette année-là il y avait pas mal de spectacles sur la religion. Du coup le diocèse a voulu rencontrer les artistes. Ils sont venus voir mon spectacle. Lui a rigolé, on a bu quelques verres ensemble. Lui-même m'a invité après sur RCF pour expliquer ma position, parce qu'elle est juste ; je ne dis que des vérités ; je ne fais pas du clownesque, c'est un vrai texte de fond.

Vous avez choisi ce thème assez osé pour provoquer ou c'est en liaison avec une éducation catholique que vous auriez eue ?
Je n'ai pas eu une éducation hyper catholique. Par contre y a des images qui m'ont marqué. Le personnage est né lors d'un stage à l'académie d'été de Neufchâteau. Où je suivais les cours de Jean Lambert et Bruno Belvaux ; le frère de Rémy Belvaux « C'est Arrivé Près de Chez Vous », des repères voilà…

Ah je croyais qu'il s'agissait de Bruno Delvaux, le recteur de l'UCL !
Non, c'est Bruno Belvaux, metteur en scène et écrivain depuis des années ; c'est le frère de Rémy et Lucas Belvaux, plus connus quoi.

Vous avez participé à la « Semaine Infernale » sur La Première avec Véronique Thyberghien il y a un an, comment ça s'est passé ?
Très chouette expérience ; maintenant... on tombe face à des dinosaures de l'humour et de la répartie… j'étais en observation pas mal de temps !

Vous avez pu rigoler avec Miam Monster Miam ?
Lui je l'ai trouvé moins drôle…

Oh il est drôle !!
Oui, mais j'ai un petit faible pour Thomas Gunzig qui était là-bas. Après, ça dépend des journées. C'est vrai que Miam fait les trucs les plus marrants, mais ce jour-là pas tant efficaces…

Quels sont les gens ou les événements à Heure-le-Romain qui vous font rire ?
Y a un repère à Heure-le-Romain, c'est chez Thérèse à la librairie [« Au Nid »]. Elle est extrêmement gentille et d'ailleurs a fait pas mal de montages couture pour mes spectacles. Je passe par elle pour confectionner mes accessoires de théâtre. Depuis que je suis tout petit, ça n'a pas changé là-bas, c'est terrible ! Même comptoir, même trucs, et Thérèse n'a pas changé non plus !

C'est là que vous alliez acheter vos cadeaux de Noël quand vous étiez enfant ?
J'allais chercher des chiques ! Maintenant j'y vais avec ma fille, c'est marrant !

Humoristes romanhoriens: Samuel Tits et David Schiepers © Jean-Pierre Stassart

Une interview de Lili Sygta

Aucun commentaire:

Publier un commentaire