vendredi 1 juillet 2011

« Qui me dit qu’y en aura pas qui ira dans le milieu ? »

L’interview agricole « muscles à l’air ». Un an après, nous retrouvons Eric Jopart, jeune fermier hennuyer, qui ne s’ennuie jamais auprès de ses 170 têtes beuglantes. Ses bêtes et ses champs! Ferraille, paille et boue!



Donc qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui ? Un pneu crevé au tracteur, du coup ça retarde tout ! ça arrive comment ?
On roule sur quelque chose, ça rentre dans le pneu et il s’dégonfle.

Quand on vous demande où vous travaillez, c'est « La ferme ! » ?
Ouais ha ha ha ! Non, je dis chez moi quand même.

A un moment dans votre vie, vous auriez aimé voir autre chose ?
Quand on est passionné par ce qu’on fait, on est toujours entre guillemets dans son affaire et on ne regarde pas le reste…. Moi, ça ne me gêne pas de ne pas partir en vacances. Maintenant si je dois trouver une femme qui veut absolument y aller, il faudra une solution pour me libérer quelques jours.

… Vous payez et elle part toute seule !
Ha ha ha !

Est-ce qu’il y a moyen d’être plus proche de la nature que vous ?
Oui et non ; celui qui fait du naturiste (sic) l’est peut-être encore plus, on va dire! ça je n’ai jamais fait, hé ! Mais plus proche dans la façon de la connaître et de la respecter qu’un agriculteur, non !

Vous avez vu le film « Rundskop (Tête de Bœuf) » ?
Non, jamais entendu parler.

Est-ce que vous vous définissez comme carolo ?
Bouah on est dans le bassin carolorégien, oui ! Maintenant j’ai pas la casquette et la mobylette! … Avec les travaux qu’ils sont en train de faire, ça va devenir une toute belle ville, Charleroi ! Si je veux aller au cinéma, c’est là que je vais.

Il y a quand même des lieux underground ! Vous voyez les stations de tram qui ne sont pas utilisées…
ça j’ai déjà souvent entendu parler, mais j’ai jamais été !

Les usines désaffectées…
Non plus !

Les lieux infectés…
Non plus !

Donc vous n’allez qu’au cinéma à Charleroi.
A peu près… au cinéma et chez Robert « La Frite » !


Quel temps vous met-il le plus en contact avec les forces de la nature ? Les orages ?
Pfwaf, les orages, ça fait verser les céréales si elles sont à maturation, donc on les craint. ça fait des fois envoler les toits. Donc quand on les voit on n’est pas spécialement fier !

La tâche la plus agréable à la ferme ?
Chaque saison a ses gaietés ! C’est presque un jeu ! On est toujours content de commencer quelque chose et puis si on a eu un petit couac on est toujours content quand c’est fini aussi ! L’hiver on répare, puis l’année suivante on recommence.

Les petits couacs du moment ?
Bah c’est comme le pneu crevé d’aujourd’hui, c’est une dent de cassée à une machine, un roulement, ça peut être n’importe quoi !

La tâche la plus rebutante, mais « faut bien que quelqu’un la fasse »?
Les betteraves montées, tondre les vaches.

...« les betteraves montées» ?
C’est une plante biannuelle, la betterave. La première année elle fait sa sève que c’est le sucre. La deuxième année, elle refait des feuilles avec le sucre qu’elle a emmagasiné, puis une tige avec des semences. ça pour nous ce n’est pas intéressant ! On veut le sucre, on ne veut pas la tige avec les semences ! Aucun moyen chimique de les désherber, puisque c’est la même. Allez, une betterave qui monte, c’est la même betterave qu’une betterave qu’on plante pour avoir le sucre, mais qui est dans sa deuxième année.

(Rien compris...) Et à la troisième année ?
Elle meurt la betterave!


Les aspects les plus poétiques de votre métier ? Quand tout à coup vous vous échappez du quotidien…
La moisson quand on travaille tard. Fait noir, on est dans un coin où c’qu’y a des arbres partout autour. On voit les étoiles, on peut les compter...

Est-ce que c’est possible de passer partiellement au biologique pour vous ?
Fffff… biologique on fait tout ou on n’fait rien ! Pour moi c’est pas réaliste. On peut dire avoir une parcelle biologique là et avoir un qui traite juste à côté. Tu as toujours un peu de dérive !

Comme vous avez tout un terrain, vous pouvez mettre au milieu votre parcelle biologique, donc c’est vous-même votre voisin !
Oui, mais quand je traiterai mon tour autour, ce sera pareil ! Qui me dit qu’y en aura pas qui ira dans le milieu ?... Alors si on veut des agro carburants et continuer à nourrir le monde, on ne saurait pas en bio, c’est impossible, il faudrait je crois douze planètes !


Vous avez appris à quel âge à manier le tracteur ?
A 4 ans on roulait déjà entre les lignes des p’tits ballots. On arrive pas aux pédales, mais on tient le volant et on dit « Faut pas rouler sur les p’tits ballots ! »… Maintenant c’est presque fini, les p’tits ballots.

Ce sont des grands ballots et de votre temps c’étaient des petits ?
C'était le début des grands quand j’étais jeune. Quand j’étais petit, allez… parce que jeune je suis toujours.

(Rien compris) Bon, vous êtes passionné d’avions, de motos, de voitures de course aussi je suppose. C’est pour contrebalancer la lenteur relative du tracteur ?
Disons que j’aime bien tout ce qui va vite. Maintenant un tracteur va doucement quand t’es en auto derrière, mais quand t’es dans le tracteur à 50 à l’heure dans le village, t’as pas l’impression d’aller si doucement que ça !

C’est pas comme ceux qui mettent des posters de femmes nues, là, mais en fait ils vivent avec une bobonne !
Ha ha ha ha ! Oui, mais bon moi j’ai besoin de mes carreaux pour voir les machines derrière et devant. C’est dangereux les camionneurs qui font ça. Maintenant eux dans leur cabine derrière ils n’ont rien, ils ne regardent pas ! Ici moi c’est un carreau pour voir la machine qui est accrochée derrière !


Est-ce qu’il y a parfois des gens qui viennent marcher dans votre champ et vous dites « Oh là là, il m’a encore aplati ! » ?
Ouais ou des quads… Des p'tits malins qui passent leur temps, qui ne savent pas spécialement ce qu’ils font…

Et quand vous les attrapez ils se prennent un coup de fourche ?
Je ne suis pas méchant sur le fond, mais une bonne engueulade oui !

Une poignée de fumier dans la figure ?
Ha ha… non pas jusque là !

Y a pas comme les batailles de boules de neige, batailles de boules de fumier ?
J’ai jamais entendu parler toujours. Maintenant tient qu’à innover… Tu veux qu’on essaye ?

Interview et photos de Lili Sygta

Aucun commentaire:

Publier un commentaire