jeudi 30 juillet 2015

« Un cadre très intime... »


Interview de Hervé Borbé aux Francofolies de Spa 


Hervé Borbé:
Je suis pianiste, claviériste pour Machiavel depuis fin 1996.


Lili Sygta:
Ce n'est pas vous le punk du groupe ! Vous avez l'air si calme...
Non, ça se voit, ha ha, voilà on ne se refait pas, on est comme on est !

Dans ce récital piano, c'est toute une ambiance, les gens sont là à rêver de quelque chose...
Ce type de concert diffère des autres scènes des Francofolies de Spa. C'est gratuit, par contre les portes sont fermées dès que ça commence. Un cadre très intime, cool... de chouettes conditions pour un musicien. Sur scène avec Machiavel, qui est un groupe à plusieurs facettes, j'ai déjà cette opportunité de partir dans des improvisations de piano, bien entendu sur une durée limitée !

C'est l'envolée qui suspend le boum boum du rock...
C'est ce qui fait la richesse d'un groupe, que chacun puisse être soi-même et apporter ce qu'il a de meilleur. Il y a peut-être un côté pictural dans mon travail musical, du fait que j'aie toujours dessiné, peint, travaillé avec les couleurs. Je procède par touches, par transparences.... L' « harmonie », les « frottements », sont des termes communs aux deux domaines.




Est-ce que vous collaborez avec d'autres artistes ?
Avec mon frère André Borbé qui fait de la chanson pour enfants. A une époque et de façon très occasionnelle, j'ai accompagné Marc Morgan, Curt Close ou d'autres. Disons que je préfère me consacrer à des projets dans lesquels je me sens investi. Enfin, je me suis bien amusé avec ces artistes là aussi, j'ai beaucoup apprécié... Mais voilà avec Machiavel, c'est une histoire d'amitié, c'est un groupe, donc on est tous investis.

Comment en savoir plus sur vous, si discret?
Venir à mes concerts..

On ne se trompe pas si on dit que vous êtes doux et romantique... ?
Tout-à-fait, je le suis je pense, ha ha !

Voilà on vous a fait un peu rougir !


Images Mu Slancie © Lili Sygta 2009/2015




Visionnez ici un extrait du concert en piano solo de Hervé Borbé:



Aucun commentaire:

Publier un commentaire