jeudi 12 février 2015

« Je ne crois pas qu'on est trop vilaines »

Le folklore des MACRALES DE HACCOURT 

Aspects historiques et solennels oubliés




Lisette Colleye (Présidente des Macrales de Haccourt)
Au 17e siècle, les macrales se réunissaient en pleine campagne à Hallembaye, avec d'autres macrales de Hesbaye pour faire un pacte avec le diable. Leur sabbat tombait aux environs du 2 février. C'est pour cela que nous sortons le samedi le plus proche de la chandeleur.


L'Harmonie Le Bleuet pour l'occasion en costume de macrale


Les sorcières se réunissaient dans des champs, pourquoi défiler aujourd'hui dans la rue ?
Lisette Colleye
Ce sont des gens de Haccourt qui ont créé le groupe et ça se fait à Haccourt. On est déjà allés jusqu'à Hallembaye, mais c'est un peu loin pour un cortège comme ça. [c'est à 1,5 km]

Il y a un lien entre Tchanchès et les macrales ?
Lisette Colleye
Oui oui, M. Jean-Denys Boussart, le bien connu mayeur de Saint-Pholien, a été au départ l'instigateur pour les macrales de Haccourt, avec Babar éventuellement.

Il paraît que les gens à cette époque-là étaient crédules... En période de misère ou de guerre, ils voyaient des signes dans le ciel. Aux femmes célibataires ou veuves, seules et analphabètes, on attribuait le fait d'être sorcières. A la fois elles guérissaient, à la fois elles jettaient des sorts.
Thierry Meraglia (Macrale)
J'aimerais bien savoir exactement la vraie histoire. J'ai vu le fameux reportage de 1971, à la suite duquel la confrérie des macrales de Haccourt a été crééé. La seule image que j'ai c'est Babar ! 

Documentaire réal. par A. Keresztessy 1971 - Jean-Denys Boussart et Babar (le regretté Christian Vrancken) 

Kevin Levaux (Macrale)
J'ai commencé à l'âge 4-5 ans avec mon oncle [Robert Servais, aujourd'hui à la tête des Marcatchous à Saint-Pholien Liège] qui avait fondé le groupement en 1972, avec Jean-Denys Boussart, à eux deux pour remémorer le folklore des « Macrâles di Hacou ». Famille, amis, directement une bande de 50-60 personnes, plus l'Harmonie.... Malheureusement, certaines personnes sont décédées et le groupe diminue de plus en plus. Chaque année nous recrutons de nouvelles macrales.

J'ai vu que ce sont plutôt des gens d'autres confréries ou villes qui sont intronisés, donc ils ne vont jamais défiler en macrales avec vous !
Kevin Levaux
Nous intronisons les différents groupements de la commune, les échevins, bourgmestre, vraiment les grosses têtes de la commune pour pouvoir dire aussi que le folklore s'étend de Haccourt. Il faut bien aller chercher des gens d'autrepart pour pouvoir introniser encore.

Sur une dizaine d'intronisations, combien vont vraiment faire le macrale avec vous ?
Kevin Levaux
Cette année, malheureusement aucune. Mais nous avons la venue d'une délégation de chaque macrale de Belgique, qui a été intronisée dans l'antre des macrales.

Kevin Levaux, à l'avant gauche

L'intronisation comporterait des choses vraiment secrètes, qui justifient que cela soit interdit au public. Alors que pas vraiment !
Didier Parthoens (Membre d'honneur)
C'était comme cela il y a trente ans ; ça s'est perdu au fil du temps, ça s'est vulgarisé. C'est un peu le dommage de la cérémonie, parce que c'était vraiment vraiment chouette ! Cette ambiance un peu glauque... Les participants qui venaient se faire introniser ne savaient pas ce qu'il allait se passer, avaient un peu peur ! Maintenant on explique à base de quoi est faite la liqueur des macrales, alors qu'à l'époque on ne savait absolument pas !!


Lisette Colleye portant le balai

Eric Balthasart (Membre d'honneur, comité des Hermotis)
Nous participons parce que nous habitons tous dans la Basse-Meuse. J'ai été intronisé l'année dernière chez les macrales.

Marcel Janssens (Membre d'honneur, confraternité Saint-Nicolas de Liège)
Je ne suis pas macrale ; mais nous sommes des confrères qui, pour faire plaisir à nos amis, participons à leurs festivités.

Les macrales c'est fait pour faire peur, mais ça ne fait plus peur !?
Lisette Colleye
Mais nous ne sommes pas de vilaines macrales, hein ! Il y en a peut-être de plus vilaines autrepart, mais nous ici à Haccourt je ne crois pas qu'on est trop vilaines...!


Ecoutez notre reportage sonore en cliquant ci-dessous:


Photos et interviews © Lili Sygta 2014/2015

Aucun commentaire:

Publier un commentaire